MARGAUX SIMON
Master 2 Ingénierie des Affaires - Services

Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Après un Baccalauréat Scientifique, j’ai validé un diplôme universitaire en Techniques de Commercialisation à l’I.U.T d’Angers. Puis j’ai rejoint l’Ecole Supérieure de Vente à Saint-Germain-en-Laye où j’ai suivi une formation en Responsable Développement Commercial en alternance. J’hésitais ensuite entre partir à l’étranger et poursuivre mes études. J’ai finalement décidé d’intégrer un Titre de niveau I (Bac+5 reconnu par l’Etat) en ingénierie d’affaires en Septembre 2014… et j’en suis ravie !

Pour quelles raisons avez-vous choisi de vous orienter vers cette formation ? Quels sont les points forts de votre école ?

La vraie valeur ajoutée de l’établissement est la reconnaissance professionnelle qu’elle peut apporter. Sup de V  m’a permis de participer aux « Master de la vente » et « concours DCF » (Dirigeant Commerciaux de France). Ce sont de très belles opportunités pour développer son réseau et relever des challenges. Cela permet une ouverture d’esprit et apporte une valeur ajoutée sur un CV en début de carrière professionnelle.
De plus l’école a mis en place un système d’accompagnement des élèves dans la cherche de leur entreprise d’accueil. J’ai ainsi eu la chance de décrocher un poste de Responsable Grands Comptes Junior en alternance au sein de la société SYNERGIE.

Quel poste occupez-vous dans le cadre de votre alternance ?

Je travaille au sein de la société SYNERGIE – Travail Temporaire et Recrutement - et j’occupe un poste de Responsable Grands Comptes Junior. Nous avons un portefeuille qui se compose d’environ 35 clients. Les secteurs dont nous avons la charge sont ceux de l’agroalimentaire, avec des clients comme Nestlé, Lactalis… de l’environnement avec les Groupes Suez, Paprec… et du luxe notamment avec le Groupe LVMH. De plus, depuis le mois d’Octobre, je me suis vu confiée un portefeuille de 11 clients dans le secteur de services avoisinant les 1 Million d’Euros de Chiffre d’Affaires par an.

Ce qui est plaisant sur ce poste, c’est  le fait que les journées ne se ressemblent pas. Nous sommes toutes les semaines en déplacements chez des clients : Nîmes, Paris, Lille… J’aime la richesse des échanges que nous avons avec nos interlocuteurs, que ce soit des Directeurs d’Achats, des Directeurs en Ressources Humaines ou les personnes du réseau Synergie. J’apprends tous les jours de nouvelles choses, et ce métier m’apporte une réelle ouverture d’esprit.

Quelle est la difficulté la plus récurrente que vous rencontrez sur votre poste ?

La principale difficulté réside dans le fait que nous avons en réalité deux interlocuteurs à convaincre : notre client et notre réseau d’agences Synergie. Il ne suffit pas de signer un contrat respectant  les demandes de notre client. Il faut que le réseau d’agences Synergie y trouve également son compte, afin de développer le partenariat. Il est donc nécessaire de trouver le juste milieu pour satisfaire les deux parties.

Sur quelles missions avez-vous le plus d’aisance ? Pourquoi ?

La mise en place des plans de déploiement est la mission sur laquelle j’ai le plus de facilité. J’aime analyser où sont les possibilités de développement et mettre en relation les agences Synergie avec le client.

Quel est votre projet professionnel ?

Je souhaite apprendre l’anglais et pour ça, je compte partir aux Etats-Unis en Septembre prochain et intégrer une formation « English as a Second Language » au sein d’une université en Californie. L’Anglais est essentiel dans nos métiers et les perspectives d’évolution sont facilitées pour les personnes bilingues.
Si je me projette dans 5 ans, j’aimerais avoir intégré un grand groupe et occuper un poste de Responsable Grands Comptes avec un portefeuille à développer.

Selon vous, qu’est-ce qu’un « bon commercial » ?

Un bon commercial est avant tout une personne qui aime relever des challenges.
Le côté relationnel est pour ma part extrêmement important. La qualité N°1 d’un commercial  est l’écoute. Il est essentiel de prendre en compte les attentes d’un client avant de s’acharner à lui vendre un produit ou un service dont il n’a en aucunement besoin. Développer son empathie et se mettre à la place de son interlocuteur permet de lui proposer une offre en adéquation avec ses attentes et le rassure dans son choix d’achat.  

Avez-vous des conseils à donner aux étudiants qui souhaiteraient poursuivre ce cursus ?

Je leur conseillerais de s’investir à 200% dans leur projet. C’est une réelle chance de pouvoir développer ses compétences autour d’un projet concret. Il est important d’apprendre à travailler en groupe. Dans la vie professionnelle, les réponses aux appels d’offres se réalisent à plusieurs, mais il y a plein d’autres exemples où la mise en relation des compétences de chacun est nécessaire. Servez-vous de cette période en centre de formation pour vous entrainer à cet exercice qui vous suivra tout au long de votre carrière.

Et surtout, n’oubliez pas de croire en vous, car croire en soi c’est déjà réussir !  

Entreprises