INTERVIEW DE IANDY RAMAROVAHOAKA
Alternant chez MGEN, Analyste Réglementation et Prestation

Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Après un baccalauréat scientifique, j’ai réalisé une licence en économie durant laquelle j’ai pu me familiariser avec la pensée et la méthodologie économique. Par la suite, j’ai effectué un stage auprès de la Vice Primature Chargée de l’Economie et de l’Industrie de Madagascar dans le service Cadrage Macroéconomique et Modélisation. Mon intérêt pour l’étude de la croissance et du développement m’a poussé à poursuivre en Master mention Macroéconomie et Politiques Publiques. Je me suis aperçu durant un second stage au sein du Ministère de l’économie (Madagascar) que le développement durable est une branche qui m’attirait particulièrement bien que cette spécialité n’existe pas dans mon pays d’origine. J’ai alors décidé de poursuivre mes études en France dans le Master Environnement et Développement Durable de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Mon arrivée en France m’a fait découvrir le monde de la protection sociale et surtout la mutualité, secteur qui m’était complètement étranger. Mes lectures et recherches personnelles à ces sujets m’ont fait réaliser qu’au-delà de l’économie que je qualifierai de classique, l’Economie Sociale et Solidaire pourrait être une piste de réflexion quant à la problématique du développement. C’est la raison pour laquelle je me suis tourné vers un Master 2 Cadres de la Mutualité, de l’Assurance et de la Prévoyance à l’Université. 


Pour quelles raisons avez-vous souhaité travailler au sein de la MGEN, dans ce secteur de l'Economie Sociale et Solidaire ?

MGEN est l’un des acteurs principaux de l’Economie Sociale et Solidaire et de la Protection Sociale. Les valeurs qui y sont incarnées ainsi que la solidarité à travers une cotisation en fonction des capacités contributives m’ont interpellé et m’ont poussé à intégrer cette mutuelle. Ces dimensions humaine et sociale correspondent parfaitement à mes aspirations. J’ai également l’ambition de créer une coopérative agricole dans mon pays d’origine qui est Madagascar. Ce pays où plus de la moitié de la population n’ont pas accès aux soins faute de moyen. Travailler au sein du secteur de l’ESS me permettrait de comprendre le modèle mutualiste et d’avoir les connaissances nécessaires pour mener à bien ce projet.


Quel poste occupez-vous dans le cadre de votre alternance ?

J’effectue mon alternance, en tant qu’Analyste Réglementation et Prestation, auprès de la Direction Techniques et Opérationnelles au sein du domaine Cotisation. Ce poste me formalise aux activités d’organisations et de conceptions. Le pôle est également en étroite collaboration avec les différents centres de services et sections départementales, ce qui m’a permis de comprendre et de contribuer aux activités de gestions. Il s’agit de contribuer, par une expertise technique, à la mise en place, l'évolution et le suivi des processus techniques et réglementaires. Et dans ce cadre, de conseiller les différents centres de services. Aussi, je participe à la rédaction des différents livrables (expressions de besoins, circulaires, documentations produits, notes…) et à la prise en charge des réclamations complexes transmises par les centres de traitements ou venant directement des adhérents.


Selon vous, quels bénéfices professionnels et personnels apporte le fait de travailler dans l'ESS, vis-à-vis de n'importe quel autre secteur plus traditionnel ?

Travailler auprès d’une mutuelle n’est pas qu’une simple activité professionnelle. Au-delà de l’activité d’assurance, il y a l’aspect humain et social. Dans les secteurs classiques, il n’est question que de rentabilité et de profit. A l’opposé, une mutuelle est à but non lucratif, le souci se porte sur le bien être des membres. En effectuant mon alternance dans le secteur de l’ESS j’acquiert 2 expériences à la fois. La première correspond à l’activité d’entreprise puisque comme la MGEN est une grosse mutuelle, elle dispose d’une forte organisation digne d’une grande société. La seconde correspond à l’activité plus axée sur le social sans recherche de bénéfice.


Avez-vous des conseils à apporter aux étudiants qui souhaiteraient poursuivre leurs études et leur carrière dans le secteur de l'Economie Sociale et Solidaire ?

Le domaine de l’ESS est une branche très vaste et assez particulière. Il a une vocation d’utilité sociale. Il requiert une polyvalence dans le sens où il associe l’activité d’entreprise et le domaine économique. Il s’agit également d’un secteur en perpétuelle mobilité et où les acteurs sont très diversifiés (mutuelles, associations, coopératives, fondations...). Pour intégrer ce domaine, je vous conseille de vous fixer des objectifs et en fonction de ceux-ci, choisir quel organisme intégrer. Si vous avez le sens d’entreprenariat, l’ESS offre également un cadre dynamisant pour créer son activité (coopérative d’activité).

Entreprises