ENAC
Interview de Sylvie Gay, Responsable Communication

Présentez-nous votre établissement ainsi que les formations en ingénierie aéronautique que vous proposez aux étudiants. Quelles sont les formations les plus sollicitées ?

Notre formation phare en ingénierie, reconnue dans le monde entier, est celle d’ingénieur ENAC. 

Le cursus a fait l’objet d’une refonte toujours plus personnalisée et en phase avec les besoins du domaine aéronautique. Ingénieur ENAC, c’est trois statuts pour un diplôme : on peut être ingénieur civil (destiné au privé), fonctionnaire (travaillant pour la DGAC) ou par apprentissage. Ces trois filières sont accessibles à Bac+2 par la voie du Concours Commun Polytechnique, ou sur dossier après un DUT ou BTS technique pour la filière par apprentissage.

Mais l’ingénierie à l’ENAC, c’est aussi ses Masters, accessibles à Bac+3, comme le Master GNSS, spécialisé dans la navigation par satellite, le Master IHM, Interfaces Hommes-Machines ou encore le Master IATOM, dédié à l’optimisation des opérations aériennes. 

Il existe également de nombreux Mastères Spécialisés, accessibles à Bac+5 ou à Bac+3 avec une expérience professionnelle, consacrés à des domaines variés allant de l’Air Traffic Management à la gestion aéroportuaire en passant par les systèmes de sécurité et de communication.

Pourquoi les étudiants doivent-ils s¹inscrire à l'ENAC ? Quels sont vos atouts ?

Les atouts de l’ENAC sont nombreux. Le premier est sans doute sa capacité à être l’école aéronautique avec une expertise unique dans l’ensemble des domaines de l‘aéronautique. Cette expertise est due à la synergie entre nos départements opérationnels (ATM, pilotage, transport aérien…) et à une dynamique de recherche partenariale très forte grâce à nos quatre laboratoires et à nos nombreux programmes de recherche. 

Nos étudiants bénéficient ainsi des dernières avancées scientifiques et technologiques dans leur apprentissage et ont l’opportunité de travailler sur des sujets de pointe, riches et variés.

L’autre atout est la mobilité internationale, avec les nombreux partenariats de l’ENAC partout dans le monde et un réseau de 22 000 anciens étudiants présent sur les cinq continents.

Le dernier point est quant à lui plus subjectif : il s’agit de la passion qui anime nos étudiants, enseignants-chercheurs et personnels. Elle est vraiment l’élément stimulant pour nos étudiants, qui sont en permanence dans l’échange et dans le partage. Cela contribue à la richesse des travaux en coopération et aussi, tout simplement, à la bonne humeur et à une vie étudiante des plus agréables !

Vous possédez 9 campus, principalement dans le sud de la France. L'industrie aéronautique est-elle plus développée dans cette zone géographique ?

Il est évident que l’implantation de l’ENAC à Toulouse, en 1968, n’était pas un hasard. Cette zone géographique est témoin de l’histoire de l’aéronautique, mais c’est surtout là où s’écrit son avenir. Airbus est un leader incontournable. Mais c’est aussi de nombreuses start-ups, PME, des pôles de recherche et de compétitivité majeurs, qui maillent le territoire et nous permettent d’être ancrés dans un écosystème propice à l’échange et à la créativité.

Vous accueillez de nombreux étudiants étrangers. Est-ce l¹un de vos points forts pour l¹internationalisation de l’ENAC ?

L’accueil des étudiants étrangers est effectivement un énorme atout pour l’ouverture culturelle de notre établissement et son rayonnement à travers le monde. Mais à l’ENAC, l’international passe aussi par nos partenariats avec de nombreuses universités et entreprises ou par l’ouverture de diplômes d’ingénierie aéronautique partout en Europe, mais aussi en Asie ou au Moyen-Orient par exemple.   

L’aéronautique est par définition un secteur international, et nous devons nous nourrir de ces échanges pour offrir des formations riches et pour développer l’ensemble de nos activités.

Vous avez un ensemble d¹équipements d'aviation au sein de l'école, extrêmement recherché et très développé. Ceci a t-il un rôle prépondérant pour bien former les ingénieurs aéronautiques ?

Avoir un équipement de pointe nous permet de former des élèves qui seront, une fois diplômés, parmi les meilleurs pilotes et contrôleurs au monde. 

Nous pouvons intégrer les dernières avancées technologiques dans nos formations, et travailler en profondeur sur les facteurs humains. Il ne faut en effet pas oublier l’objectif premier de l’ENAC : améliorer constamment la sécurité des transports aériens. 

Ces équipements nous servent également dans nos travaux d’ingénierie, et notamment dans des expérimentations de recherche.

L’autre aspect des équipements de pointe, et pas des moindre, est notre flotte d’avions : nous sommes la deuxième flotte de France ! (Après Air France) Avec plus de 125 appareils en fonctionnement, répartis sur nos 8 centres opérationnels.

Comment participez-vous à l’intégration des jeunes diplômés dans le  monde professionnel ? Vers quels métiers se tournent vos étudiants ?

Nous disposons d’un service de relations entreprises très actif, qui fait le lien, tout au long et après les cursus de l’ENAC, entre les principaux recruteurs du domaine. 

L’autre atout majeur pour l’insertion professionnelle est le formidable réseau des anciens étudiants.

Mais l’atout premier de nos étudiants, c’est avant tout la reconnaissance de l’ENAC par l’ensemble des professionnels du domaine, partout dans le monde. Nos ingénieurs travaillent également en immersion régulière dans des univers professionnels, qu’il s’agisse de stages en entreprises ou de projets. 

Souhaitez-vous ajouter un complément d'informations ?

L’ENAC, c’est aussi une vie étudiante privilégiée, outre le cadre de vie. Il existe en effet de nombreuses associations d’étudiants, artistiques, sportives, culturelles ou sociétales, permettant de se former tout en vivant ses passions, en cultivant sa curiosité et son ouverture sur le monde. Cette ouverture est fondamentale, car le bien-être de nos étudiants est une composante majeure de leur réussite, donc de l’excellence de notre école.  


Entreprises