Santé : le design joue-t-il un rôle clé ?
Caroline Rossi
Mémoire publié en 2002 - 15 pages


Résumé

Dans le système de santé français, la prescription du médicament constitue une prérogative du médecin traitant. Cependant, la diffusion de magazines santé de plus en plus nombreux, l'audience croissante des émissions consacrées à la santé et le succès des sites Internet grand public dédiés à ce thème témoignent d'un intérêt grandissant des français pour leur santé.

De cette situation résulte une perte du monopole informatif du médecin, qui cesse d'être l'intermédiaire obligé entre les laboratoires pharmaceutiques et les patients. Ces derniers exercent, de ce fait, un poids croissant sur la prescription. Mais à cela s'ajoute la part grandissante des personnes âgées dans la consommation médicale et l'octroi récent du droit de substitution aux pharmaciens qui amènent les laboratoires à développer des conditionnements spécifiques et à renforcer leur réflexion packaging.

Ce contexte oblige les laboratoires à déployer des actions marketing qui ciblent davantage l'utilisateur final, en dépit d'un cadre réglementaire qui reste particulièrement contraignant en France.

Quelles approches marketing adopter face à la réglementation ? Quels modes de communication utiliser selon les publics et selon les pathologies ? Comment impliquer le corps médical ? Comment toucher directement le patient ?

Afin de mieux comprendre les préoccupations actuelles des laboratoires et le véritable rôle que joue le design dans le secteur de la santé, une présentation du marché avec ses différentes cibles et segments est réalisée, suivie de la présentation de la véritable place que prend aujourd'hui le design dans les politiques marketing des laboratoires pharmaceutiques en tenant compte, bien évidemment, du contexte législatif français.
Nous vous rappelons que le téléchargement des travaux (mémoires et thèses) présentés sur le site iQuesta.com est destiné à un usage strictement privé. Toute reproduction desdits travaux pour un usage autre que privé effectuée sans le consentement de l'auteur constitue une contrefaçon susceptible d'entraîner des sanctions à votre encontre (articles L.122-4, L.122-5, L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle).

Contact

Caroline Rossi

Toulouse Business School
n/a