Romain Rolland dans le contexte genevois de la Grande Guerre
Guillaume Juin
Mémoire publié en 2007 - 107 pages


Résumé

L'intellectuel français Romain Rolland ne fut jamais aussi simple que les observateurs ont bien pu le penser, et en tant que penseur, il semble bien que toutes ses réflexions ou prises de position aient été orientées dans un but moral. Romain Rolland refusait l’action politique, sociale ou publique pendant les années de guerre mais n’en demeurait pas moins homme d’action par la pensée et le courage.

L’originalité de ce travail est qu'il est basé essentiellement sur les archives et sources disponibles en Suisse, pays que Romain Rolland affectionnait tant. Le rappel des conditions dans lesquelles Romain Rolland s’est installé à Genève au début de la guerre était indispensable.
Mais s’intéresser ensuite à la réussite de son appel moral et humain en analysant comment et pourquoi Romain Rolland fut rejoint et comment et pourquoi un groupe de francs-tireurs français s’est constitué à Genève semble bien être de l’ordre de l’original sachant que l’on a peu entendu parler de ce groupe des réfugiés français de Genève.
Nous prendrons conscience de l'intense publication de Romain Rolland au cours de sa vie ainsi que de son engagement en tant qu'intellectuel. La Première Guerre mondiale constitue un tournant concernant cet engagement. Les années vingt et trente verront en effet Rolland prendre une part plus active aux conflits du temps. 1914 apparaîtra donc plus comme une continuité qu'une rupture.
Romain Rolland s'est nourrit au cours de ses études de la lecture des "grands" écrivains et penseurs qui eurent sans doute une grande influence sur la construction de sa pensée et de son action. Il exprima aussi un profond respect pour la culture et la civilisation germanique. Respect que le nationalisme exacerbé de certains acteurs français au cours de la Grande Guerre ne pourra tolérer.
En 1914, Romain Rolland est un écrivain pleinement reconnu par le public comme par les journaux. Ecrivain dont les idées socialistes ont souvent été démontrées et même explicitement revendiquées.
Artiste dans l'âme et le comportement, homme d'esprit, il se consacre d'abord et avant tout sur son travail de lecture et d'écriture, de compréhension et de connaissances des choses du monde. Souvent seul, par choix et par nature, il nouera cependant de nombreuses relations amicales et quelques relations sentimentales. Cet homme est complexe, sa pensée l'est aussi. Et dire cela ne signifie nullement que ce sujet historique sur cet historien de cœur et de formation est plus difficile qu'un autre.

Romain Rolland n'a jamais, encore moins pendant les années de guerre, démordu de son but : celui de concilier les forces humaines de toutes les nations à une heure où le nationalisme semblait dominer esprits et cœurs.
Romain Rolland n'est jamais ce que l'on dit de lui. C'est dire si, ce qui sera dit au cours de ce travail revêt un caractère chaotique et éphémère … Romain Rolland sera toujours au-delà et en avance sur les mots et les analyses faites. C'est la raison pour laquelle, peut-être, il ne connut pas la postérité des plus grands écrivains, celle qu'il eut mérité.
Mais Romain Rolland n'a jamais cherché à "exister" sur la scène intellectuelle, comme d'autres l'ont fait au cours du XXème siècle. Pour lui, on ne jugeait un homme que sur sa trajectoire complète, en embrassant l'ensemble de celle-ci. Alors, la devise de Goethe qu'il fit sienne pouvait s'appliquer : "Meurs et deviens !". Telle était la conception rollandienne du parcours d'un homme qui cherchait à s'éclairer lui-même en concevant sa trajectoire.
Aussi l'image de Romain Rolland au calme en Suisse est souvent erronée car si il y trouva la place qu'il avait choisie, il n'en demeure pas moins que les sollicitations furent extrêmement nombreuses à Genève.
L'ampleur de la prise de position de Romain Rolland fut faible. Mais elle permit à certains qui pensaient tout bas ce que lui disait tout haut de croire en leurs pensées et de le rejoindre à Genève.
Ces quelques exemples permettent de recadrer quelques sentiments ou croyances à propos de certains aspects de la question Romain Rolland et la Grande Guerre. Ils montrent que les sources parlent parfois différemment et que l'origine des informations sur Romain Rolland reste essentielle et que leur critique constitue un élément de connaissance et de compréhension supplémentaire.
Le Journal des années de guerre de Romain Rolland est une source tout à fait essentielle. Il fut pensé, écrit puis conçu pour être lu : "Je n'ai pas cherché à imposer à mes notes un autre ordre que celui des impressions et des faits, se suivant au fil de l'heure. J'ai voulu que l'impression se dégageât, après coup, de la succession naturelle des pensées et des évènements. Je n'ai pas craint d'y faire place à ce qui concernait ma personne."

S'intéresser à Romain Rolland dans le contexte genevois de la Grande Guerre revient à s'intéresser à un intellectuel qui décida au moment du déclenchement du premier conflit mondial de demeurer en Suisse pour mieux y incarner son rôle. Il y resta cinq ans, d'août 1914 à mai 1919, et y mena une action pour rapprocher les peuples qui s'entredéchiraient alors. Devenu un petit peu à tort le symbole du combat pacifiste, Romain Rolland ne fut pas seul dans son engagement. Rejoint puis aidé, le sous-titre Genèse, acteurs et combats du groupe des réfugiés français semblait convenir à la situation que quelques français allaient connaître à Genève pendant la période de la guerre.
Nous vous rappelons que le téléchargement des travaux (mémoires et thèses) présentés sur le site iQuesta.com est destiné à un usage strictement privé. Toute reproduction desdits travaux pour un usage autre que privé effectuée sans le consentement de l'auteur constitue une contrefaçon susceptible d'entraîner des sanctions à votre encontre (articles L.122-4, L.122-5, L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle).

Contact

Guillaume Juin

Université Paris Sorbonne
n/a