Préparation de complexes aminoalcools énantiopurs. Etude comparative en catalyse homogène asymétrique
Stéphane Malfait
Thèse publié en 2000 - 250 pages


Résumé

L'obtention de molécules chirales de hautes puretés optiques peut se faire selon diverses méthodes. Au cours de ce travail, trois techniques ont été utilisées et nous ont permis d'étudier l'implication de la complexation par un groupement organométallique sur une molécule organique.

Dans un premier temps, le dédoublement enzymatique d'alcools cycliques complexés en série arènetricarbonylchrome avec la lipase du Candida cylindracea (CCL) a été étudié. Les meilleurs résultats (ee 100%) ont été obtenus lorsque la fonction alcool était en position benzylique et que le greffon Cr(CO)3 était en position syn par rapport à cette fonction. Cette étude a donc permis de mettre en évidence le rôle majeur d'un groupement métallique dans la sélectivité de la CCL.

Dans un second temps, des cétones arènetricarbonylchrome et ferrocéniques optiquement purs ont été synthétisées à partir de leur alcool secondaire. Divers substituants azotés ont ensuite été condensés sur les cétones précédentes afin d'obtenir des aminoalcools optiquement purs.

Ces aminoalcools ont été utilisés comme catalyseurs chiraux dans la condensation asymétrique du diéthylzinc sur le benzaldéhyde (ee 0 à 90 %).

Les résultats ont montré que la complexation par un greffon Cr(CO)3 ou la présence d'un groupement ferrocénique permettent d'améliorer notablement la sélectivité du catalyseur. Par ailleurs, dans certains cas, la présence du groupement métallique réduit le pouvoir inductif du catalyseur. L'influence de la nature du complexe organométallique et de la structure de son squelette ont été également étudiée.
Nous vous rappelons que le téléchargement des travaux (mémoires et thèses) présentés sur le site iQuesta.com est destiné à un usage strictement privé. Toute reproduction desdits travaux pour un usage autre que privé effectuée sans le consentement de l'auteur constitue une contrefaçon susceptible d'entraîner des sanctions à votre encontre (articles L.122-4, L.122-5, L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle).

Contact

Stéphane Malfait

Université des Sciences et Technologies de Lille
CNRS ura 421