Le rôle des reines dans l'agression du couvain sexué et sa reconnaissance par les ouvrières de la fourmi d'argentine
didier Bach
Mémoire publié en 2000 - 28 pages


Résumé

Le rôle possible des reines dans l'agression du couvain sexué par les ouvrières chez la fourmi d'Argentine a été étudié à l'aide d'unités standardisées obtenues à partir de colonies prélevées sur le terrain. On a montré que dans les unités pourvues de reines, le couvain sexué femelle est éliminé par les ouvrières, alors qu'il est élevé dans les unités orphelines. Cette discrimination ne s'exerce qu'à l'encontre des formes femelles, les larves et nymphes mâles étant épargnées. Nos expériences suggèrent que les ouvrières nourrices sont capables de distinguer le sexe, la caste et l'âge des larves. L'élimination des formes royales concerne principalement les larves de reines au moment de leur différenciation et celles de taille moyenne; elle ne se produit qu'en présence de reines fécondées. Cet effet royal peut être partiellement reproduit en employant des cadavres frais de femelles fécondées, mais il est totalement supprimé si ces cadavres sont lavés dans du pentane. Ces derniers résultats renforcent l'hypothèse de l¹existence d'une phéromone royale déterminant le comportement agressif des ouvrières. Cette phéromone semble en partie volatile puisque des reines fécondées vivantes peuvent exercer leur influence à courte distance.

Chez les invertébrés, le niveau de vie sociale le plus élevé se retrouve chez les insectes sociaux: isoptères (termites) et hyménoptères sociaux (abeilles, guêpes, bourdons et fourmis). Ils forment des "sociétés supérieures", que Wilson (1971) définit par trois caractères:
- coopération dans les soins au couvain
- chevauchement des générations
- spécialisation d'une caste dans la reproduction (ce dernier caractère est typique des insectes sociaux)

Chez les hyménoptères sociaux, on distingue les individus de sexe mâle et femelle, ces derniers étant divisés en deux castes: les reines (femelles reproductrices) et les ouvrières (généralement stériles).
Les mâles proviennent d'oeufs non fécondés (parthénogenèse arrhénotoque), les femelles provenant d'oeufs fécondés: c'est le phénomène de l'haplodiploïdie*...


Nous vous rappelons que le téléchargement des travaux (mémoires et thèses) présentés sur le site iQuesta.com est destiné à un usage strictement privé. Toute reproduction desdits travaux pour un usage autre que privé effectuée sans le consentement de l'auteur constitue une contrefaçon susceptible d'entraîner des sanctions à votre encontre (articles L.122-4, L.122-5, L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle).

Contact

didier Bach

Université Paul Sabatier - Toulouse 3
Laboratoire CRBC