Le recours pour les entreprises aux cabinets de recrutement
Anne-Sophie Delpouve
Mémoire publié en 2001 - 77 pages


Résumé

Le marché du travail est en constante évolution. Il y a à peine cinq ans nous nous trouvions en pleine période de crise, où le chômage se faisait durement sentir, alors qu'aujourd'hui, la situation s'inverse et nous constatons un retour de la croissance.

En cette période de turbulence et de mutation, les entreprises se rendent compte que si beaucoup de choses dépendent de l'environnement (les clients, les pays étrangers, l'Etat), elles disposent d'un gisement de ressources considérables et très peu utilisé : leur personnel.
A court terme, la mobilisation des salariés est un élément fondamental de la rentabilité par son influence directe sur la qualité et sur la productivité. Il est donc indispensable pour qu'une cohésion puisse se faire au sein d'une entreprise d'apporter une attention particulière au recrutement de ses collaborateurs.
A long terme, celle-ci ne devra sa survie qu'à l'acquisition de nouvelles compétences.

Les entreprises se sont aussi aperçues que le recrutement était un métier à part entière avec des règles et des techniques, qui ne s'improvisent pas.
De plus, l'importance de l'enjeu et sa difficulté du fait de la pénurie de candidats ainsi que le manque de moyens humains et techniques pour procéder à des embauches font qu'il est devenu préférable de confier cette tâche à des professionnels.
Par conséquent, les cabinets de conseils en recrutement sont largement sollicités par les entreprises. L'utilisation des cabinets de sélection augmente encore aujourd'hui de 10 % par an.

Cette situation n'est cependant pas une spécificité française. On rencontre cette même faveur pour les cabinets de recrutement dans certains pays européens et aux USA.

En Suisse, par exemple, ces professionnels du recrutement sont largement sollicités puisque environ 61 % des employeurs les utilisent pour l'embauche de leurs cadres.
En Belgique, les entreprises en font également un usage intensif pour la recherche de leurs "cols blancs".
Aux Etats-Unis, ce sont les chasseurs de têtes qui ont les faveurs des entreprises, qui les utilisent massivement pour la recherche de leurs responsables.
Les cabinets fonctionnant par annonces en général ne survivent pas longtemps car ils sont fortement concurrencés par internet, une notification sur un site ne prenant que trois minutes.
De plus ces recruteurs ne sont en fait que des " pourvoyeurs de CV " ne faisant aucune sélection .

En France, les cabinets de recrutement, qu'ils fonctionnent par annonces ou par approche directe, ont pour rôle de conseiller et d'assister les entreprises en matière de recherche et de sélection de cadres, d'agents de maîtrise et de techniciens.
Exceptionnellement, ils se chargent de missions d'embauche de collaborateurs en nombre, pour des chantiers de travaux publics par exemple, ou à l'occasion de transfert d'une unité de production.

Leur métier va de la simple étude graphologique ou du tri de lettre de candidatures au conseil en structures pour éviter que le poste à pourvoir ne soit du genre " mission impossible ". Les consultants d'un cabinet sont classiquement et idéalement des cadres ayant deux ou trois ans de pratique au sein d'une direction des ressources humaines ou quelques années d'expérience en entreprise dans un poste fonctionnel ou opérationnel, pour des cabinets spécialisés.
Ces organismes sont en France un point de passage obligé pour beaucoup d'entreprises en ce qui concerne l'embauche de leur personnel encadrant.

Cependant, certains employeurs sont encore réticents à requérir à leurs services...

Nous vous rappelons que le téléchargement des travaux (mémoires et thèses) présentés sur le site iQuesta.com est destiné à un usage strictement privé. Toute reproduction desdits travaux pour un usage autre que privé effectuée sans le consentement de l'auteur constitue une contrefaçon susceptible d'entraîner des sanctions à votre encontre (articles L.122-4, L.122-5, L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle).

Contact

Anne-Sophie Delpouve


n/a