La gestion du risque - Cas des dérivés de crédit
FEMIN EMMY HOUNDONOUGBO
Mémoire publié en 2010 - 51 pages


Résumé

La récente crise mondiale nous a permis de découvrir un phénomène de délocalisation sectorielle et géographique du risque de crédit. Il se manifeste par l'utilisation des dérivés de crédit auprès des banques ainsi que des compagnies d'assurances mondiales (occidentales en particulier).
L'objectif de cette note est de présenter de façon sommaire les généralités sur les dérivés de crédit, leur utilisation ainsi que les méthodes d'évaluation du risque. Pour conclure, nous nous permettons de présenter la valeur ajoutée que procurera la mise en place de tels produits sur le marché marocain.

I. Généralité sur les dérivés de crédit

Cette partie comportera trois paragraphes le premier nous présentera l'histoire des dérivés de crédit, le deuxième permettra de définir les dérivés de crédit et pour finir nous découvrirons les types de dérivés de crédit.

1.1. Histoire

Une lecture récente nous a permis de découvrir: « On fait des produits dérivés depuis plus d'un siècle, depuis une loi de 1885, sans avoir jamais eu à le définir et on n'a jamais eu de problème, alors on ne voit pas pourquoi on en aurait aujourd'hui ». Avec les besoins croissants des marchés financiers, les banques ont été poussées à innover et à se tourner vers des produits de plus en plus complexes.
Les années 90 ont été marquées par de nombreuses faillites qui ont fait naitre l'inquiétude des investisseurs vis à vis du risque de contrepartie. Ce qui a justifié la naissance des produits dérivés de crédit. L'application de la technique du dérivé de crédit, est l'une des plus récentes du marché financier. Les premières opérations dates de 1992 aux États-Unis. En mars 1993, Global finance publie un article annonçant que trois banques de Wall Street (J. P. Morgan, Merrill Lynch, and Bankers Trust) émettent des produits se rapprochant des dérivés de crédit.
Ces produits étaient jugés peu transparents et peu liquide. Les innovations financières ainsi que les efforts pour en améliorer la transparence ont amélioré la liquidité et redessiner l'avenir de ses produits.

1.2. Définition

La loi ne défini pas les produits dérivés au sens propre. Aux yeux du législateur français dont la législation marocaine s'inspire, les produits dérivés sont des instruments financiers à terme. En tant qu'instrument, le législateur se contente d'en faire une liste. On définira en premier le crédit, ce qui nous permettra de déduire une définition du dérivé de crédit.
Le crédit a été défini par un imminent auteur comme étant « la confiance contractuelle ». Si l'on devait définir le dérivé de crédit, nous pourrions le décrire comme un contrat permettant à une contrepartie (acheteur de protection) de vendre le risque de crédit relatif à un actif sous-jacent (obligation, action, taux de change, taux d'intérêt et même d'un autre produit dérivé) de référence.

1.3. Types de dérivés de crédit

Les dérivés de crédits considérés comme des instruments financiers peuvent être classés en deux grandes catégories. La première présente un aspect synthétique et ne donne lieu (pour le vendeur de protection) à aucun coût de financement (unfunded credit derivatives).
La deuxième donne lieu au vendeur de protection à l'achat d'un titre ou de créances (funded credit derivatives).

2. Utilité

Les produits dérivés de crédit détiennent une fonction unique dans la gestion du risque, qui est celle de déconnecter la gestion du risque: de marché, de crédit ainsi que la détention physique de l'actif. Les stress test des événements de l'année 2001 ont prouvé l'apport favorable des dérivés de crédit à la stabilité financière.

Mais avec les effets de la crise financière en cours, le rôle des dérivés semblent aujourd'hui être mis en mal. L'utilité des produits dérivés de crédit au delà de la gestion des risques trouvent leurs applications dans trois autres catégories :

• Gestion du bilan,

• Réduction du coût de financement,

• Diversification de la politique d'investissement

Nous aurons à développer chacune de ces catégories dans le mémoire que nous proposons de réaliser.

3. Évaluation du risque

Trois efforts destinés à identifier et mesurer les risques de crédit ont précédé le développement d'outils de gestion du risque dont celui des produits dérivés de crédit. Il s'agit :

• Effort de la Banque des Règlements Internationaux (BRI), qui a révisé les méthodes de calculs des fonds propres en réformant le ratio Cooke ainsi qu'en vulgarisant l'utilisation de la Value at Risk (Var).

• Faillite du fond LTCM qui a permis de réaliser ce que pouvait provoquer la sous-évaluation du risque de crédit.

• Mise en place de démarche visant à allouer le capital de façon optimal. Parmi ces instruments créés pour optimiser la gestion du risque figure les dérivés de crédit, qui permettent de transférer le risque de crédit relatif à un actif.

De nos premières lectures, il semble que le risque de crédit est constitué de trois composantes :

• Le risque systémique,

• Le risque spécifique,

• La structure de rentabilité économique.

Les méthodes d'évaluation du risque font appels à trois modèles : la probabilité de défaut, la corrélation et le taux de recouvrement. A cela nous ajouterons les nouveaux modèles qui s'éloignent de plus en plus des méthodes d'ingénierie financière traditionnelles ; à titre d'exemple on pourra voir le modèle de Morton.
Nous vous rappelons que le téléchargement des travaux (mémoires et thèses) présentés sur le site iQuesta.com est destiné à un usage strictement privé. Toute reproduction desdits travaux pour un usage autre que privé effectuée sans le consentement de l'auteur constitue une contrefaçon susceptible d'entraîner des sanctions à votre encontre (articles L.122-4, L.122-5, L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle).

Contact

FEMIN EMMY HOUNDONOUGBO

Institut d'Administration des Entreprises Savoie Mont-Blanc
n/a