La chasse au chamois, Rupicapra rupicapra, dans les Alpes Françaises
Laurent Tarnaud
Mémoire publié en 2000 - 164 pages


Résumé

Le chamois, ongulé de montagne, est un de ses représentants sauvages les plus connus. Il est tenu, depuis le moyen âge, pour un insaisissable rochassier et un montagnard hors paire. Sa chasse était considérée comme dangereuse. Elle reste aujourd'hui difficile, la possession d'une dépouille de ce gibier sacrant le chasseur montagnard et maître des cimes. Car, croyances populaires, lithographies et déterminations scientifiques l'associent aux précipices et à la grandeur des reliefs.
Même avec l'avènement de l'économie moderne et l'essor du courant écologiste, son image reste celle d'un " équilibriste " et est utilisée comme telle.

Le chamois, Rupicapra rupicapra, est une espèce endémique du massif alpin. On le rencontre en générale entre 800 mètres et 2300 mètres mais son étagement maximal est de 600 mètres à 3000 mètres, la limite supérieure de la végétation et la limite inférieure d'un climat régional qui peu en massif boisé et rocailleux encore frais. L'éboulis est un des traits caractéristiques des zones ou vit le chamois, il lui sert de refuge contre les prédateurs et pour s'abriter du soleil. Forêt, lande d'altitude, pelouse sont les autres traits distinctifs du biotope avec en hiver une ou plusieurs " stations refuges ", espace ou la neige est absente ou peu épaisse et la nourriture accessible...

Nous vous rappelons que le téléchargement des travaux (mémoires et thèses) présentés sur le site iQuesta.com est destiné à un usage strictement privé. Toute reproduction desdits travaux pour un usage autre que privé effectuée sans le consentement de l'auteur constitue une contrefaçon susceptible d'entraîner des sanctions à votre encontre (articles L.122-4, L.122-5, L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle).

Contact

Laurent Tarnaud

Université Paris Descartes
Biosociologie Animale et Humaine et d'Ethnozoologie du MNHN