Gestion d'un patrimoine culturel en France : Etat des lieux et perspectives
Alexandre Poirier
Mémoire publié en 2006 - 104 pages


Résumé

Encore aujourd'hui, grâce à son patrimoine, le rayonnement culturel de la France est indéniable. Grands musées parisiens, Châteaux de la Loire, Cités médiévales, la France a hérité d'un patrimoine culturel colossal qui lui assure notamment d'être la première destination touristique au monde. Ce patrimoine culturel ne se limite pas uniquement au bâti. En effet, les seuls festivals de Cannes et d'Avignon illustrent sa grande diversité culturelle qu’elle nomme elle-même : « exception culturelle ». Cette notion récente est très vite devenue un fondement et ainsi le principal argument de défense d'une culture « à la française ». Défense vis-à-vis des autres pays qui adhèrent globalement au phénomène de mondialisation ; défense également vis-à-vis d'un Etat qui assure le financement de la culture depuis plusieurs siècles mais qui semble de plus en plus s'en désintéresser. Le budget du ministère de la culture a pourtant de quoi faire des envieux parmi nos voisins européens... La question est donc de savoir si l'Etat se dégage peu à peu de ses missions ou s'il n'est tout simplement plus en mesure d'assumer l'ensemble de ses missions culturelles, faute de financement ou de réactivité.

C'est dans ce contexte de forte concurrence et de crise que l'Etat tente de se tourner vers des solutions nouvelles, tout en mesurant les frilosités du secteur culturel qui cautionne l'idée de changement mais n'envisage pas de concession.

En effet, le secteur privé propose depuis quelques années sa collaboration avec le secteur culturel, en apportant des fonds voire même en assurant la gestion par délégation de certains sites. Cette possibilité de déléguer un service public fonctionne avec succès depuis de nombreuses années, mais dans d’autres secteurs (entretien, restauration, sécurité...). Est-il envisageable aujourd'hui d'appliquer cette solution, ne serait-ce que ponctuellement, sans renoncer aux grandes valeurs de la culture en France, telles que la diversité, l'accès au plus grand nombre ou tout simplement l'authenticité ? Quels avantages, autres que financiers, pourrait tirer l'Etat de ce partenariat ? Quels sont les domaines du secteur culturel qui pourraient profiter d'un tel partenariat, sans pour autant remettre en question leurs fondements et leurs prétentions les plus nobles ?

Des réponses seront apportées en première partie en étudiant l'origine du patrimoine culturel français et sa gestion actuelle, puis dans une seconde partie un bilan de l'intervention du secteur privé dans le domaine culturel sera dressé, illustré par des exemples concrets.
Nous vous rappelons que le téléchargement des travaux (mémoires et thèses) présentés sur le site iQuesta.com est destiné à un usage strictement privé. Toute reproduction desdits travaux pour un usage autre que privé effectuée sans le consentement de l'auteur constitue une contrefaçon susceptible d'entraîner des sanctions à votre encontre (articles L.122-4, L.122-5, L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle).

Contact

Alexandre Poirier

Université de Nîmes
n/a